Documents archives

  • EPITHETISMEOp. 74MODE D’ INTERPRETATIONLes six pièces composant ce quintette à cordes avec cor peuvent se jouer dans n’ importe quel ordre. Afin d’ éviter la suggestion d’ un ordre quelconque, ils ne sont pas numérotés pour éviter toute confusion  et dans un premier temps, ils seront désignés par les exécutants entre eux par les traditionnelles indications de tempo à usage interne. En fin de travail de lecture, les interprètes choisiront l’ ordre dans lequel les pièces seront jouées. Ils sélectionneront ensuite un titre ( le même titre pour tous les interprètes) qui leur semble le plus approprié à chaque pièce parmi les vingt épithètes suivants :bifurquant               délité            noueux        recroquevillé
    bulbeux        feinté            plâtré        spongieux
    chiffonné        fendu        plombé        tagué
    canin            globuleux        plumé        télescopé
    cloné            lové            ponté        transplantéChacun l’ inscrira au crayon sur sa partie à l’ endroit , TITRE : …………………………….       Ensemble, ils modifieront éventuellement le caractère de l’ interprétation dans le sens des épithètes choisis et pourront encore modifier l’ ordres des piècesLes six épithètes choisis comme titres apparaîtront définitivement seuls dans le programme où la notice dans l’ ordre définitif de l’ exécution avec l’ addendum suivant : “Les auditeurs qui après audition ne se sentiraient pas entièrement satisfaits  d’ un ou de plusieurs titres choisis pourront se procurer la liste complète des épithètes en vue d’ une modification personnelle mieux conforme à leur goût interprétatif d’ auditeur.”
    Epithètes-titres  et notice pourront être traduits si besoin est.NB : Cette œuvre ne doit être considérée comme “ouverte” ou “mobile” que sur le plan esthétique et non sur le plan strictement musical.
  • Paul-Baudouin MICHEL

  • NIVRITTI-MARGA, Concerto N° 1 pour piano et orchesqtre Op. 91 signifie en sanscrit « Chemin qui tourne en s’éloignant , spirale ouverte qui mène à l’absolu ». A rapprocher de « L’Esprit tournoie de toutes parts et revient sur lui-même par de longs circuits (Ecclésiaste I-6) -(Août 1978)

  • Notice sur ÉOLE MAÎTRISÉ Op.95

    pour un ensemble de clarinettes ( durée : 15’ )

     Cette œuvre a été composée en 1978 à la demande du clarinettiste Marcel ANCION, professeur au Conservatoire Royal de Bruxelles qui désirait illustrer un cours de vacances consacré à la la clarinette et à son histoire.

    L’instrumentarium se compose de

    – 4 chalumeaux ( soprano en FA- discant – Alto en FA -Ténor )
    – douze clarinettes :

    • N°1 Clarinette sopranino en LA b
      N°2 Petite Clarinette en MIb
      N°3 Cl. en SIb
      N°4 Cl. Marchi en SIb
      N°5 Cl. en LA
      N°6 Cor de basset en FA
      N°7 Cl. alto en MIb
      N°8 Cl basse en SIb
      N°9 Cl basse alto en MIb
      N°10 Cl. contrebasse en SIb
      N°11 Cl. contrebasse alto en MIb
      N°12 Cl octocontrebasse en SIb-

    Clavecin
    – Magnétophone

    L’œuvre est conçue en cinq parties.

    Les quatre chalumeaux n’interviennent que dans la Première partie et uniquement avec le clavecin. L intervalle de quarte harmonique y est prédominant de façon a évoquer une musique anciennes mais assez élaborée grâce au tissu harmonique et diatonique.

    La Deuxième partie ne fait appel qu’aux clarinettes N° 1, 3, 6, 7. qui alternent avec le clavecin dans la première séquence. écriture concertante.

    La Troisième partie ne fait appel qu’aux clarinettes N° 1, 2, 3, 5, 6, 7, 8. sans clavecin. Écriture “Choral” au cours de la deuxième section et intervalle d’octave prépondérant au cours de la troisième section cassé par des “groupes fusées”

    Quatrième partie. La première séquence n’utilise que les instruments médiums et graves ( clar de 4 à 12 ) Les 12 instruments interviennent dans la deuxième séquence dans une écriture non mesurée, approximativement notée au niveau des durées ,et dans une densité très épaisse. ( sans clavecin )

    Elle s’enchaîne directement à la Cinquième partie. Ici le clavecin est remplacé par la bande magnétique qui fait entendre des sons électroniques diversement travaillés dans des tenues instables, glissandos irréguliers et groupes de sons brefs en staccato.

    Pages : 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35